IPB
X   Message
(Message automatiquement fermé dans 2 secondes)

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
[Test] Monster Beats by dr dre Solo
le masseur aveug...
posté 07/03/2010, 23:54
Message #1


Retraité équipe GMP3
***

Groupe : Retraités équipe GMP3
Messages : 923
Inscrit : 20/04/07
Lieu : paris
Membre no 27696



Image IPB


Monster Beats by dr dre Solo



Menu

1- Introduction
2- Packaging, ergonomie, confort, isolation
3- Le son
4- Conclusion



1- Introduction-----Image IPB


Monster n’a pas forgé sa réputation uniquement sur ses produits mais surtout, et à l'instar de marques comme Bose, sur une politique commerciale que l'on pourrait qualifier de géniale. Ainsi, le célèbre Beats by dr Dre Studio est un exemple de la nouvelle orientation de la marque depuis quelques années. Des produits design et appuyés par des artistes de renommée mondiale.

Pas un mauvais produit, le Studio était néanmoins très (trop ?) orienté rap et RnB en s'appuyant sur un déluge de basses relativement bien contrôlé. Le Solo reste dans cette optique et mis à part l'isolation active il reprend presque trait pour trait les prétentions de son grand frère. Proposé à un tarif de 180 euros, soit 120 de moins que le Studio, il parait intéressant sur le papier, et s'il reste de toutes façons inaccessible à la grande majorité, il pourrait bien devenir sacrément attractif pour d'autres.

Le Solo marche t-il dans le sillage de son ainé, s'écroule lamentablement ou (bonheur suprême) le surpasse t-il ? Verdict !




Caractéristiques techniques

    Pas la peine d'aller plus loin que les limites de l'oreille humaine, au moins les chiffres ne sont pas fantaisistes, reste à voir s'ils sont bien respectés.
  • Réponse en fréquence: 20-20KHz
  • Impédance: 32 ohms
  • Sensibilité: 115dB/mV

2- Packaging, ergonomie, confort, isolation -----Image IPB



Packaging

Les casques classiques ont toujours été, très logiquement, moins chargés que les intras en petites babioles caoutchouteuses. Mais ce n'est pas un problème chez Monster qui se rattrape sur la forme. Celle-ci justement ne marque pas d'évolution avec le Beats by Dre Studio et reprend pour commencer, dans des dimensions légèrement moindres, la boite rouge clair contenant le produit.

Oui mais les similitudes ne s'arrêtent pas là. On retrouve ainsi globalement la même disposition des produits. Ainsi, une fois ouverte, la boite laisse apparaitre ledit casque, honteusement camouflé dans une housse souple mais très bien rembourrée, parfaite pour le transport et les grosses poches. Premier changement ici donc, car son grand frère tablait sur une housse semi-rigide. Le rembourrage aidant, il devrait largement supporter les chutes. En revanche, n'importe quelle pression un peu forte sera destructrice.

Manifestement, le package est finalement plus sobre que celui du Beats premier du nom, car des oublis divers sont à observer. Premièrement : pas d'adaptateur jack 6.35mm. Pas forcément indispensable en pratique mais rarement omis par les marques. Deuxième oubli : la prise avion. Encore moins indispensable, mais présent sur le premier modèle. Petit mea culpa néanmoins : cette prise est dans la grande majorité des cas le symbole typique des casques à isolation active, l'avion étant un environnement parfait pour ce type de réduction.

Passons cette légère digression et revenons au reste du package. Bon point sur le câble toujours de très bonne qualité apparente et surtout doté d'une télécommande kit main libre Apple. Comme toujours cette fonction est presque exclusivement réservée aux nombreux utilisateurs de la pomme, mais Monster a eu la bonne idée de répertorier les modèles compatibles avec certaines fonctions, en majorité des blackberry ( la fameuse liste).

Dernier point enfin, la petite lingette en tissu assortie à la boite, son usage n'étant bien sûr pas de polir le très joli contenant cartonné mais bien évidemment le casque lui-même. Cela est particulièrement vrai pour le modèle noir, plus brillant et sujet aux traces de doigts.
Pas pléthorique donc pour ce qui est du package, mais le minimum est là, et la présentation soignée reste dans la politique de la marque.



Design, Ergonomie

La voilà peut-être la fameuse potion magique du village Monster, le design. Car oui pas la peine d'être observateur pour comprendre l'argument principal du succès du Studio. Et justement, le Solo n'innove pas particulièrement et garde la bonne vieille recette. Pourtant, l'aspect n'est plus totalement le même et les dimensions largement réduites. D'un point de vue parfaitement subjectif je trouve ce design encore plus réussi, là où le beats by Dre était à mon goût un peu trop gros. Testé en blanc, cette couleur permet comparativement à l'édition noire de donner un côté plus épuré et surtout moins salissant (le noir laqué laisse des traces de doigts).
Pas de souci à se faire donc sur ce point, le design est une réussite.

L'ergonomie était un bon point du Beats by Dre mais largement perfectible, le solo corrige et aggrave certains points. Commençons par le négatif : la fabrication n'est pas en progrès. Pas de réelle régression, mais le plastique utilisé fait vraiment trop bas de gamme. De plus, Monster n'a pas eu la main lourde sur ce matériel, ce qui se traduit par une extrême légèreté du produit, mais également un bon lot de problèmes. Il n'est pas rare de constater des retours d'utilisateurs ayant fissuré ou brisé l'arceau suite à un écartement un peu trop important, voire une usure prématurée. Il est vrai que si le Beats by Dre ne faisait déjà pas figure de tank, le solo demande manifestement une extrême précaution d'utilisation pour l'arceau.

On pourrait extrapoler cette qualité de fabrication sur les écouteurs, car s'ils pivotent facilement et sans aucun jeu, on sent que la dislocation (que les écouteurs sortent des axes de pivot) n'est pas loin. A côté de ces défauts, le pliage et le réglage de l'arceau sont très au point, probablement car cette partie du casque est la seule métallisée.

Bon point pour le câble, qui comme sur le Beats by Dre est détachable et, grande joie, est en jack standard 3.5mm. On peut justement revenir sur la fabrication du câble : Très sérieuse. L'épaisseur est manifestement un bon compromis entre solidité et compacité, mais en même temps il est normal de constater cela venant d'une marque spécialisé dans les câbles. Les connexions jack pourraient être à mon sens encore plus renforcées, peut être est-ce là (comme souvent) le maillon faible du câble, mais cela reste une supposition. A vérifier.

On s’en doute un peu, mais le design des coussinets a lui aussi évolué, passant d'un port Circum aural (entourant les oreilles) à supra oral (posé sur les oreilles). D'un point de vue ergonomique le choix était ici évident, impossible de faire du circum aural avec un casque aussi petit. Les coussinets sont nettement moins doux que ceux du grand frère, mais on verra dans la suite ce qu'ils y gagnent.
Un seul gros reproche donc concernant l'ergonomie, la fabrication très approximative et encore en dessous du Studio.



Confort

Le supral aural est rarement plus confortable que le circum aural, cela pour la majorité des personnes. C'est ainsi sans grande surprise que le Solo doit s'avouer vaincu face à l'ancêtre, encore que. Le confort est très bon pour un supra aural, et surtout la tenue sur le crâne est parfaite. Les coussinets étant moins doux que ceux du Studio, on ressent un échauffement de l'oreille au bout d'une heure. Pour ma part je peux le garder une heure et demi avant de ressentir une gêne, mais tout dépend de l'utilisateur.

J'ai eu de mauvais souvenir avec l'arceau du sennheiser hd600 (paix à son âme), j'ai donc particulièrement fait attention à celui du Solo. Il est plus que conseillé d'essayer de le faire coulisser sur les oreilles que de procéder à un écartement trop marqué. Dans le cas contraire, je ne vous donne pas 3 mois avant d'aller crier sur un(e) pauvre employé(e) de sav un joli répertoire fleuri d'insultes.



isolation

Exit le système d'isolation active, mais heureusement les coussinets moins doux du Solo sont également beaucoup plus isolants (l'avantage dont je vous parlais). Ainsi, en pratique, ce système surpasse facilement celui du Studio et se classe dans les bons supra. Le niveau n'est pas celui d'un Sennheiser hd25, mais reste appréciable pour les endroits bruyants. De plus, le son ne fuit (échappement du son vers l’extérieur) pratiquement pas, contrairement à l'extrêmement incivique Studio.



3- Le son-----Image IPB


Matériel de test

L’écoute s’est faite ici avec le touch 2g et sur un rio karma cf 32go, ainsi que sur un musiland svdac05 branché à un Millet Starving Student pour la configuration sédentaire.


Muse : bliss

Oulah, qui a mis un filtre passe-bas ? La batterie est bien là et l'ensemble reproduit bien l'énergie, mais par contre on a beaucoup de mal à discerner les détails. Les aigus en particuliers sont trop étouffés. L'ensemble est chaleureux et ne sonne pas sibilant, mais un peu de clarté ne ferait pas de mal.


Mickael jackson : smooth criminal

Pas mauvais, La spatialisation est manifestement assez étriquée mais ce casque est bon sur ce style. Le beat est très marqué et insuffle une dose d'énergie assez incroyable. Il ne faut compter sur aucune finesse par contre. On est apparemment très proche de ce que donne le beats by dre Studio, peut-être même encore amplifié.


Howard shore : evenstar( différente de celle de deezer)

Les médiums ne sont pas la force de ce casque. Non pas que les basses les phagocytent, mais ils semblent tout le temps voilés, en dépit d'une grande chaleur.


Iron Maiden : fear of the dark

Définitivement pas assez de clarté, la basse de Steve Harris est presque trop présente (difficile à croire). La voix manque de définition. Le tout semble sonner dans une boite, tout est beaucoup trop marqué sur ce style.


Combichrist : i want your blood

Tout dépend de l’approche, mais si ceux qui aiment les basses seront servis, les autres risquent un bon mal de crâne. J’ai rarement vu un tempo aussi marqué dans un si petit casque.


Cypress hill : tequila sunrise

Une bonne grosse claque. Le niveau de basses est extrêmement élevé mais ici ne déborde pas sur les voix. Ça semblerait peut-être trop pour certains, mais le style s’y prête vraiment, le bass-lover sera aux anges.


James Horner ; Zorro's theme

Pas désagréable, même si l’espace sonore est assez étriqué et le manque de clarté rebutera probablement l'amateur de classique. Manifestement ce casque préfère les structures assez simples. La chaleur du casque lui permet de ne jamais sonner de façon agressive.


Armin van buuren :in and out of love

Tout comme avec cypress hill, il faut supporter les basses, mas force est de constater que c’est un déluge d’énergie. Les basses ne débordent pas ici malgré leur puissance, c’est un véritable caisson qu'offre le solo. Les détails sont sacrifiés ici au profit de l'énergie.


Biréli Lagrene : minor swing

Rien d’extraordinaire, c’est carré mais sans plus. Toujours un certain voile dans les médiums, même si rien de catastrophique.


Megadeth : hangar 18

Très déséquilibré, ce casque est beaucoup moins à l’aise sur ce type de morceau rempli de détails. Le manque de séparation des instruments est vraiment flagrant. Bref, une bonne grosse soupe.


Iron maiden : the legacy

Encore une fois, la spatialisation est trop étriquée et les instruments semblent se rentrer dedans, pas spécialement doué pour aérer un morceau le Solo, on a presque l’impression que la structure même du morceau change.


Arcana : invisible motion

Les basses auraient pu avoir plus de définition, surtout sur les percussions. La voix est plutôt un des points fort de ce morceau, mais encore une fois trop voilée. Ca ne sonne pas si mal et le niveau de détails reste bon, mais ce n’est pas le type de morceau le plus adapté.


Georges delerue : the day of the dolphin

Les aigus manquent un peu d’extension même si ce n'est pas flagrant. Les haut médiums manquent de définition, toujours ce fameux voile.


Analyse


Avant de tirer une conclusion reprenons un point en particulier, la différence d'isolation entre le studio et le solo. L'isolation active avait un avantage évident : ce système amuse beaucoup le néophyte et est relativement efficace sur les basses fréquences. Mais il faut l'avouer, les défauts sont très nombreux.
Premièrement : Ce système est totalement inefficace contre les bruits soudains et contre les fréquences un minimum élevées. Deuxièmement : L'activation de ce mode perturbe généralement l'écoute. De plus, un autre grand défaut de ce système (sur le studio) était l'absence pure et simple de fonctionnement sans ce mode, rendant le casque inutilisable sans pile. Si ce système est très rigolo la première heure, j'étais plutôt content de retrouver une vraie isolation. Passons à la partie sonore.

Pour commencer, la signature sonore de ce casque est tout sauf une surprise. En effet, ceux qui connaissent le Studio navigueront en terrain connu, celui des bass-lovers. Aucune connotation péjorative derrière ce mot, mais il signifie de façon très claire que ce casque est clairement orienté Rap, RnB et musique électro (pas toutes bien sûr). Décomposons un peu les caractéristiques de ce casque.

Les basses tout d'abord, la grande force de ce casque. Ce qui frappe avant tout c'est le niveau absolument effarant de ces dernières. Difficile de comparer précisément avec le Studio que je n'avais pas sous la main, mais on est clairement dans le même ordre de puissance, peut-être même un cran au dessus. Fort heureusement, toute cette puissance n'est pas incontrôlée.
La définition des basses n'est pas parfaite et il arrive quelques débordements, de façon un peu plus fréquente que le studio. Fort heureusement on garde une marge avec l'univers de Bose, qui est clairement plus baveux dans ce registre. Ce type de basses ne s'adresse pourtant pas du tout aux amateurs de styles rapides comme le rock, un bon jeu de batterie est beaucoup trop claquant pour ce casque.

Les médiums sont peut-être le point le plus regrettable de ce casque. Car s'ils sont très chaleureux et assez bien définis, cette bande de fréquence est à tout moment (plus ou moins selon les morceaux) voilée. Parfois négligeable sur certains morceaux, il est très problématique sur d'autres (il devrait y voir des lois contre ce voile bigyellow.gif) jusqu'à entacher la cohésion toute entière.

Pas de grand reproche à faire sur les aigus, qui arrivent tant bien que mal à exister face aux basses. Un petit manque d'extension, mais les musiques adaptées à ce casque ne se prêteront guère à relever ce type de détails.

Le niveau de détails n'est quant à lui pas exceptionnel. La quantité de basses permet de faire ressortir quelques détails très bien cachés, mais le manque de clarté en camoufle bien d'autres. Pour finir, la spatialisation est très réduite. L'écoute est énormément projetée en avant, chose déjà présente avec le Studio.

La question cruciale: Si je devais choisir entre le Studio et le Solo ? Ma préférence irait probablement au Solo. Tout d'abord sa compacité et sa meilleure isolation sont clairement plus pratiques en déplacement, sans parler des piles du Studio. De plus, si le Studio est un poil plus maitrisé, le gain constaté dans les musiques adaptées est très minime. Ajouter à cela une différence de prix qui le rend plus honnête, et le casque de bass-lover ultime n'est pas loin.

4- Conclusion-----Image IPB


Loin de changer son fusil d'épaule par rapport au Studio, la marque Monster signe avec le Solo la quintessence du casque de rap et RnB. D'un usage encore plus portable, il continue sa croisade dans les basses fréquences quitte à oublier une partie des détails en route.

D'un point de vue purement audiophile ce casque est un naufrage : voilé, peu détaillé et possédant un espace sonore restreint. Il en résulte que ce casque n'est pas fait pour la majorité des styles, voir est catastrophique sur certains. Mais pour l'amateur de musiques dites "modernes" (rap, rnb et quelquefois electro), c'est un monstre d'énergie qui écrase presque toute la concurrence en matière de sensations. Reste la fabrication largement perfectible et assez indigne d'un tel prix, ainsi qu'un package un peu trop simple.


+ Design
+ Confort et isolation
+ Parfait pour le rap, RnB et electro ....

- Mais mauvais sur presque tout le reste
- Fabrication à revoir


Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.
Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.


Vos commentaires sur ce test ICI

Ce message a été modifié par iMike - 17/03/2010, 17:41.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Pub
posté
Message #












Go to the top of the page
 
Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 25/09/2017 - 19:57