IPB
X   Message
(Message automatiquement fermé dans 2 secondes)

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
[Test] HifiMAN RE252
le masseur aveug...
posté 01/02/2010, 22:02
Message #1


Retraité équipe GMP3
***

Groupe : Retraités équipe GMP3
Messages : 923
Inscrit : 20/04/07
Lieu : paris
Membre no 27696



Image IPB


HifiMAN RE252



Menu

1- Introduction
2- Packaging, ergonomie, confort, isolation
3- Le son
4- Conclusion



1- Introduction-----Image IPB


Nouvel assaut d’une marque dont la plupart des gens n’ont jamais entendu parler et pour cause, HifiMAN est une marque Chinoise. Une parmi tant d’autres ? Pas vraiment. Car non content d’avoir très bonne presse parmi les rares utilisateurs de ses modèles d’intras, elle est également à l’origine de très intéressants amplis casque comme l’hybride ef5 ou d’un casque hifi au design très artisanal, le HE5.
Mais plus encore que tous ses produits c’est peut-être un baladeur, le HM-801 qui fera la gloire de la marque dans le domaine Audiophile (pas au-delà par contre). A la croisée des chemins d’un bon DAC et d’un baladeur avec tous les défauts que cela comporte, ce produit est en quelque sorte une utopie pour les amoureux du son car théoriquement à des années lumières des meilleurs baladeurs du moment, exception faite du célèbre imod. Mais ce produit prometteur n’est pas encore le sujet du jour.
Une innovation en appelle une autre, et les intras testés aujourd’hui sont eux aussi particulièrement atypiques de par un détail, la quasi-intégralité de leur structure (exception faite de la partie contenant le driver) est en caoutchouc. Le pari des RE252 est ainsi de devenir le lien entre le monde des intras universels et des moulés en s’adaptant à l’oreille de l’utilisateur.
Le pari est ici risqué car ce modèle s’affiche à 199$, ce qui est considérable pour un intra de marque Chinoise. Néanmoins, on peut supposer que ce tarif baissera très vite, un peu à l’image des RE0, passés de 200 à 80$ en un an à peine. Alors ? Intras Audiophiles et confortables ? Réponse dans le test.




Caractéristiques techniques

    Rien d’exceptionnel ici, mais la très faible impédance devrait lui permettre de ne pas recourir à un ampli pour en tirer le maximum.
  • Réponse en fréquence: 10-22KHz
  • Impédance: 38 ohms
  • Sensibilité: 107dB/mV

2- Packaging, ergonomie, confort, isolation -----Image IPB


Packaging

Certains n’ont pas manqué de le faire remarquer, le packaging n’est pas excessivement chargé. Mais, et c’est peut-être le plus important, il est loin d’être pauvre. En effet, on retrouve 3 paires d’embouts silicone (3 tailles) ainsi que 2 paires de biflange (2 tailles), un petit clip pour accrocher aux vêtements et 5 jeux de 2 filtres (à remplacer sur les écouteurs). Mon seul reproche ici est l’absence d’adaptateur jack et de pochette de rangement (surtout). Certes on pourra aussi déplorer l’absence d’embout en mousse, mais personnellement je n’ai jamais pu les supporter.



Design, Ergonomie

Peut-être ce qui fait la particularité de ces intras : le design est pour ainsi dire unique, aucun risque de le confondre avec un autre modèle de près ou de loin. Car vous l’aurez remarqué, l’ergonomie louée par la marque est en grande partie liée à la très étrange excroissance. D’un point de vue purement esthétique on aime ou aime pas. Globalement les retours sont plutôt négatifs, mais les intras ne sont pas faits pour être montrés donc on passera sur ce détail.
Qu’en est- il de la solidité, talon d’Achille des marques exotiques ? Alors autant le dire tout de suite, la révolution n’est pas encore à chercher de ce côté. D’un point de vue général c’est relativement bon, la structure de l’intra en elle-même est manifestement solide et faite avec sérieux, ce que l’on pouvait vraiment craindre vu la composition caoutchouteuse. Mais mieux encore, cette composition agit même comme un antichoc. Comprenez par là qu’elle évite tout contact possible entre un obstacle et la structure en plastique contenant les drivers. Ainsi une chute entrainera simplement un petit rebond du produit. Ce détail n’a pas forcément été pensé par la marque, mais son utilité est réelle.
Alors dans ce cas, quel est le reproche à faire à ce produit ? Malheureusement on s’en doute un peu, le problème vient bien du câble. Celui-ci n’est pas particulièrement mauvais, en outre la connexion jack s’avère assez résistante, mais la qualité n’est pas à la hauteur de ses 199$. Des progrès néanmoins par rapport à ce que j’ai pu observer chez des marques comme Yuin. Le plus gênant ici est à chercher dans le bruit généré par les frottements du câble, très perfectible. Il faudra penser à bien caler ce dernier.
L’ergonomie est quant à elle déroutante au début, mais finalement très logique. Tout d’abord, ces intras ne peuvent pas se placer en enroulant le câble derrière l’oreille mais de façon « traditionnelle », à la manière d’oreillettes classiques. Deuxième détail : l’excroissance doit se ficher dans la conque (c'est-à-dire le creux de l’oreille) afin de parfaitement caler les intras.
Par contre, probablement du fait de la structure très élastique de l’objet, il faut parfaitement effectuer le placement sous peine de perdre toutes les basses et toute l’isolation. Une manière simple pour cela : on rentre les intras comme indiqué ci-dessus, puis il suffit de les faire pivoter vers l’arrière, une sorte de blocage se fait alors sentir. On comprend alors l’intérêt de la fabrication caoutchouc et de l’excroissance, les intras sont parfaitement tenus dans l’oreille, pratiquement impossible de les voir s’enlever tout seuls.
Dernier point enfin : ce modèle est un véritable attrape-poussière. Pas de magie là-dedans, la matière utilisée est propice à ce phénomène. Il est donc préférable de le garder dans une housse (d’où l’absence préjudiciable dans le packaging) et de l’épousseter dans la joie et la bonne humeur.



Confort

Si l’efficacité du système d’HifiMAN est appréciable sur l’ergonomie générale, qu’en est-il du confort ? Sans être exceptionnel, c’est bon voire très bon. On peut mettre en avant la grande légèreté du modèle et sa souplesse, qui permettent de ne jamais donner la sensation d’avoir une pression sur l’oreille. Par contre si l’excroissance ne me pose pas de problème, il semblerait que les petites oreilles supportent moins bien ce système. C’est en un sens logique car celle-ci s’adapte à la taille de la conque en se courbant, plus l’oreille est petite plus la pression fini par se faire sentir. Il faut néanmoins un petit temps d’adaptation à ce système.



isolation

Pas parfait avec les silicones noires (entre les intras et les semi-intras), le gain n’est pas énorme (pour ne pas dire très faible) en passant aux biflanges, ces derniers étant beaucoup trop souples.



3- Le son-----Image IPB


Matériel de test

J’ai utilisé ici un itouch 2g et un sony nwz-e438.


Muse : bliss

L’intro est superbement retranscrite, aussi planante qu’on le souhaiterait, manifestement une spatialisation très étendue pour des intras. Le sens du détail est ici très élevé, parfois au détriment de l’énergie, qui semble mal contrôlée à volume élevé. Premier constat ici : ce modèle donne déjà tout son potentiel à volume modéré.


Mickael jackson : smooth criminal

Une première analyse concernant la signature : les basses sont légèrement en retrait par rapport au reste. Heureusement ce n’est pas (pour moi) ici au point d’être une lacune, mais les bass-lovers passeront leur chemin. Magnifique reproduction des voix et encore une fois excellent niveau de détails.


Howard shore : evenstar( différente de celle de deezer)

Quelle clarté ! La séparation des fréquences est tout simplement prodigieuse. On retrouve encore une fois un bon sens du détail et une très bonne gestion des médiums. Reste qu’ici il manque un peu de chaleur à mon goût.


Iron Maiden : fear of the dark

Excellente séparation des instruments. Malgré le léger retrait des graves on distingue parfaitement la ligne de basse. En revanche ici le comportement semble un peu trop analytique, il manque une étincelle pour avoir quelque chose de très bon. Les intras gagneraient à sonner un peu plus chaleureux que secs.


Combichrist : i want your blood

Même constat que pour le morceau précédent concernant les défauts. En revanche c’est toujours aussi bon concernant la séparation des instruments et la clarté, difficile de trouver cela dans des intras, même dans cette gamme de prix. Un très bon morceau pour ce modèle, à condition de ne pas pousser trop fort le volume.


Cypress hill : tequila sunrise

Un regret ici : cela manque un peu d’assise. Les basses sont très claquantes mais il leur manque de la rondeur. Pas désagréable dans l’ensemble, surtout pour les voix, mais définitivement pas exceptionnel non plus.


James Horner ; Zorro's theme

Décidément les re252 ont un énorme potentiel dans les musiques aérées. La spatialisation très étendue sur les côtés conjuguée à la séparation des instruments fait regretter (encore une fois) un léger manquer dans les extrêmes graves, histoire de donner un peu plus de corps à l’ensemble.


Armin van buuren :in and out of love

Aucun reproche particulier, l’immersion est très bonne. Les re252 sont très sages et ne débordent dans aucune fréquence, manque de personnalité diront certains. J’ai parfois l’impression d’avoir une sorte de sennheiser hd600 dans les oreilles. Manifestement leur signature permet d’être très polyvalent. Grande pureté dans la voix, une grande force de ces intras.


Blind guardian : the bard’s song (live)

Pas de surprise ici, on retrouve bien l’ambiance du live. Pourtant, encore une fois, ils gagneraient à sonner un peu plus chaleureux, c’est un peu trop analytique. Quasi parfait donc d’un point de vue théorique, mais on aimerait plus de personnalité. Mis à part le léger retrait des basses, difficile de faire plus neutre.


Biréli Lagrene : minor swing

Très détaillé sur et précis sur le jeu de guitare, il manque un peu de tranchant dans les aigus ici. Ce n’est clairement pas parfait donc, mais aucun défaut rédhibitoire, disons qu’il manque un peu de folie.


Megadeth : hangar 18

Très propre, et encore une fois aucun débordement, c’est dynamique dans les médiums. Par contre il manque un peu de rentre-dedans, de ce soupçon de tranchant dans les aigus qui rendrait ce morceau génial.


Iron maiden : the legacy

Le début est exceptionnellement bien rendu, ces intras sont incontestablement meilleurs pour les styles calmes (et aussi pour la majorité des musiques électroniques). Dès que la mèche est allumée il manque alors quelque chose. On a alors comme l’impression que le son se referme.


Arcana : invisible motion

Pas de souci ici : c’est propre, étendu, presque aérien, les médiums sont définitivement les fréquences dans lesquelles ce modèle est le plus à l’aise. On n’est pas encore dans ce que pourrait faire un casque comme le shure srh840 mais pourtant sur la bonne voie.


Georges delerue : the day of the dolphin

Les aigus ne sont pas agressants ici, pourtant il y a à l’évidence une bonne extension dans le domaine. Les re252 ne trahissent pas ici leur comportement quasi-analytique habituel, on peut distinguer jusqu’au glissement des doigts sur l’instrument.

Analyse


Difficile d’aimer, pour le moins tout de suite, ces intras pour celui qui vient de casques très basseux. Car le choc sera rude c’est peut-être la première chose qui frappe ici : le niveau de basse légèrement en dessous des autres. Si d’un point de vue probabiliste c’est une signature qui a beaucoup de chance d’arriver, on remarque pourtant que ce type de reproduction n’est pas dans l’air du temps. Mais passé l’univers des bass-lovers et de groupuscules cantonnés à l’anémie basseuse, cela ne fait pas de mal de retrouver des signatures relativement équilibrées, et surtout très agréable dès le plus faible volume.
Sur un plan purement technique, les RE252 sont pratiquement sans défauts. Spatialisation très étendu pour des intras, séparation des instruments exceptionnelle, reproduction quasi-analytique des détails et très bonne représentation des fréquences. Aucun défaut donc ? Les choses sont plus compliquées, car comme beaucoup de casque de ce genre, les RE252 manquent parfois de personnalité. Pour comparer (même si ce n’est pas complètement exact), ce modèle est un peu l’antithèse des casques grado.

4- Conclusion-----Image IPB


Etrangeté et innovation, les RE252 d’HifiMAN risquent de se voir confrontés à deux types d’utisateurs : celui qui adorera sa signature et celui qui criera au vol. Parfaitement adaptés au concept d’audiophilie, ces intras ont une pureté sonore et un sens du détail exceptionnels. Mais, délaissant bien souvent le côté énergique au profit d’une reproduction extrêmement carrée, ils sembleront bien plats pour certains et magiques pour d’autres. Impossible de vraiment décerner une note tant ces deux approches se diviseront.
Pour le reste, ils n’échappent pas à quelques défauts comme la qualité du câble (reste à voir pour la solidité du jack à l’usage) et le package assez minimaliste. Mais, on peut souligner aussi le concept, qui s’il en est à ses balbutiements rend le port très confortable. Reste à espérer que ce modèle baisse autant de prix que le RE0.



Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.
Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.


Vos commentaires sur ce test ICI

Ce message a été modifié par le masseur aveugle - 15/02/2010, 23:34.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Pub
posté
Message #












Go to the top of the page
 
Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 28/07/2017 - 19:38