IPB
X   Message
(Message automatiquement fermé dans 2 secondes)

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
[Test] comparatif shure srh840 et srh440
le masseur aveug...
posté 10/09/2009, 20:59
Message #1


Retraité équipe GMP3
***

Groupe : Retraités équipe GMP3
Messages : 923
Inscrit : 20/04/07
Lieu : paris
Membre no 27696



Image IPB


Shure SRH440 et SRH840



Menu

1- Introduction
2- Packaging, ergonomie, confort, isolation
3- Le son
4- Conclusions



1- Introduction-----Image IPB


Petit buzz qui entoura la sortie de la gamme SRH et pour cause, Shure s’est taillée une sacrée réputation dans le milieu de l’écoute nomade, débordant largement sur le secteur grand public grâce à sa gamme d’intra. Lancée en Juillet, la gamme SRH comporte 3 modèles : SRH240, SRH440 et SRH840. Ces 2 derniers, dont l’utilisation est semi nomade, ont déjà été largement encensé à travers le site américain head-fi , qui est pour le moment le seul a avoir vraiment des retours, l’heure du test à donc sonné, sujet du jour : petit comparatif entre le srh840 et le srh440.




Caractéristiques techniques

    SRH440
  • Réponse en fréquence: 10-22KHz
  • Impédance: 38 ohms
  • Sensibilité: 107dB/mV

  • SRH840
  • Réponse en fréquence: 5-25KHz
  • Impédance: 44 ohms
  • Sensibilité: 102dB/mV

2- Packaging, ergonomie, confort, isolation -----Image IPB


La plupart des points ici sont très proches, je commencerai donc par parler de chaque point du 840 puis de celui des 440 par leurs différences.

Packaging

SRH840:
Le premier contact avec la boite annonce la couleur, c’est sérieux et ouvertement haut de gamme, Shure ne s’est pas contenté de donner juste le casque. Passé le contact avec la petit plaquette cartonnée SHURE et le manuel d’instruction, on retrouve le casque et ses accessoires, tous compartimentés individuellement et rangés dans des sachets plastiques. Comme présenté dans les différentes news sur le sujet, le câble du shure est détachable, mais il est également plus ou moins propriétaire (on en reparle dans la suite).
En plus de cela, on retrouve le classique adaptateur jack 6.35, mais surtout un kit de pads de rechange et aussi une housse protection. Sans être exceptionnel, le packaging est donc largement suffisant et présenté de façon sérieuse.

SRH440:
On va être clair, c’est strictement identique. Une seule petite différence pour les tâtillons, pas de pad de rechange avec ce modèle.



Ergonomie

SRH840:
Premier contact avec le casque. Niveau solidité cela parait excellent de prime abord. C’est du plastique bien sur, mais relativement massif et on n’observe aucun jeu, très solide en somme. Pivotant, chaque côté peut se renverser à 180 degrés vers l’extérieur même si cela est en pratique inutile. Le point fort est ici la possibilité de le replier dans son arceau, manipulation pas si évidente que ça mais on pouvait s’en douter vu la taille du casque.
Parlons de l’arceau justement, celui-ci est ce que l’on peut attendre d’un arceau pour casque nomade : pas particulièrement rembourré, il reste très confortable à l’usage.

SRH440:
De ce côté c’est un peu moins massif, l’impression de casque indestructible est atténué mais c’est un peu plus léger et adapté à l’usage nomade. Même remarque concernant le pliage du casque, c’est même un peu plus rapide, le casque étant légèrement plus petit.


Connexion

Le câble à présent. On vous l’a sûrement rabâché plusieurs fois sur le site, ce câble( le même pour les deux) est détachable et, malheureusement pour un usage nomade, torsadé. Mais là où la fourberie de Shure est grande, c’est que ce câble est également propriétaire. Je m’explique : ce câble se relie à l’écouteur gauche, mais ne fait pas uniquement que s’enclencher, il se verrouille via une petite rotation de 90°. Cette rotation n’est possible qu’en vertu de la forme particulière de la connexion.
Alors bien sûr les petits malins comme je croyais l’être se diront que tant pis, il suffit de mettre un câble jack plus court en ne se servant pas de la fonction verrouillage. Non, non, shure est encore plus vicieux : la connexion jack elle-même n’est pas de format 3.5 mais apparemment 2.5, autant dire que cela complique vraiment les choses.
Passons cette déception, le câble est en lui-même irréprochable, très bien construit et particulièrement massif sur les connexions jack. Manifestement, on est là en présence d’un câble qui devrait durer des années. Bien sur la connexion est plus grosse que la moyenne, mais difficile de trouver en particulier avec le 440, une qualité équivalente.


Confort

SRH840
Ce casque est un modèle circum aural, les coussinets entourent la plupart des oreilles, je dis la plupart car cela ne sera pas si évident pour les oreilles plus grandes que la moyenne, mais je dirais que cela concerne une faible tranche de population.
Point fort d’ailleurs, les coussinets en cuir sont très doux et confortables. En outre ils permettent une certaine aération, ce qui fera probablement perdre en isolation mais évite cette sensation d’enfermement que procure nombre de casques. Idem pour l’arceau, répartissant bien le poids relativement élevé ( env 300 gr).
2 Points qui pourront gêner néanmoins. Premièrement : même si les coussinets entourent bien et sont confortables, la mousse couvrant la grille du driver viens s’appuyer très légèrement sur les oreilles, ce qui fait alors un mix entre supra et circum. Sur ce point je ressens une petit gêne à partir de 1h30-2hr. Deuxième point : ce casque n’est malgré tout pas un poids plume puisqu’il pèse environ 300gr, une petite fatigue sur les cervicales peut se ressentir après une longue écoute.

SRH440
Pas la peine de réinventer la roue puisque ces modèles sont relativement semblables, mais on note ici quelques petites différences. Premièrement le poids, celui-ci est légèrement inférieur mais une fois porté cela semble plus important. L’aspect un peu moins imposant du casque se traduit également par une impression de plastique un peu plus brut.
Grosse différence pour ce qui est des coussinets en revanche, beaucoup plus doux sur le srh840 mais l’avantage ici est que le 440 semble moins serré. Le bandeau est quant à lui un point intéressant pour deux raisons : il est plus fin mais également moins courbé. Niveau confort général c’est à peu près équivalent, pas génial mais très acceptable.


En balade

Point très important par contre, le caractère nomade. On en a parlé, le câble est un frein, pas impossible de le transporter mais il ne se fait pas oublier.
Mais un autre point vient s’immiscer ici, l’arceau. Etrange me direz vous ? Et bien pas tant que ça. En effet les images des casques écartés parlent d’elles-mêmes, et si cela n’est pas clair voilà une explication. Vous aurait remarqué que l’arceau du 440 garde une jolie forme arrondie, même après cet écartement, ce qui épouse facilement la forme de la tête et ainsi reste relativement discret.
En revanche l’arceau du 840 s’aplatit nettement, ce qui je vous le laisse imaginer est moins discret. Certes ce n’est ici qu’un détail cosmétique dû à la plus grande taille du 840, mais cela peut constituer un frein à son caractère nomade. D’une manière générale le 440 semble tout à fait adapté à un usage nomade (à part ce…. de câble), le 840 est un peu gros à mon goût, semi nomade donc.


isolation

C’est excellent dans les 2 cas, un peu en dessous des intras de la marque bien sûr mais largement suffisant pour une écoute en milieu bruyant. Mention spéciale pour le srh840 qui est même un poil supérieur.


3- Le son-----Image IPB


Matériel de test

Dans une optique nomade, je n’ai utilisé les casques que sur un zune 120, et également un peu sur un itouch 2.



Muse : bliss

Shure SRH440:
Premier constat, ce casque a de la patate. Très bonne représentation des basses, pas exagéré ici mais ça descend très bas et ça ne déborde pas sur les autres fréquences. Manifestement ce casque est très détaillé et à l’aise sur la séparation des instruments. Pas exceptionnel pour ce qui est des voix par contre, c’est propre mais ce casque sonne sec.
Shure SRH840:
Excellent sur l’intro, manifestement le son est encore plus ample et maitrisé. A l’inverse il semble moins tranchant ici, ça sonne moins sec, plus rondouillard. Par contre on retrouve bien la patte de shure sur les mediums, chaleureux et parfaitement définis.


Mickael jackson : smooth criminal

Shure SRH440:
Peu d’instrument, ça sonne très aéré et détaillé. Encore une fois les médiums sonnent juste mais pas exceptionnels et surtout semblent légèrement en retrait.
Shure SRH840:
La présence des basses est encore plus notable, certains trouveront que c’est un peu trop. Niveau de détail et d’espace sonore en hausse et surtout la voix est clairement mieux définie.


Howard shore : evenstar( différente de celle de deezer)

Shure SRH440:
Pas mal du tout, ce casque est manifestement assez polyvalent. Encore une fois on peut louer l’espace sonore étonnamment large pour un casque fermé, mais il manque ce soupçon de chaleur.
Shure SRH840:
Test critique pour la reproduction vocale et c’est un sans faute ici, ce morceau est pourtant très rarement bien retranscrit. Chaleureux, détaillé et aéré, on est parmi les très grands casques dans ce genre musical. Sur ce point le 840 est manifestement dans une autre division que le 440.


Iron Maiden : fear of the dark

Shure SRH440:
Impressionnante reproduction du jeu de guitare, c’est énergique et tranchant. L’ensemble reste détaillé et la séparation des instruments est excellente. Petit bémol sur les mediums, qui semblent ici être mis en retrait ( la voix est un peu lointaine).
Shure SRH840:
Le son n’est pas désagréable ni complètement déséquilibré mais manifestement ce n’est pas son style de prédilection, l’ensemble est un peu trop rond et pas assez tranchant. Certes l’espace sonore gagne encore un cran mais le srh440 est beaucoup plus agréable ici.


Dead can dance : anywhere out the world

Shure SRH440:
Pas de surprise, c’est bon sans être exceptionnel, encore une fois tout est en place mais ça manque de rondeur.
Shure SRH840:
Pas de surprise non plus, on gagne clairement un niveau, ce casque est plus calme que son petit frère, le son est plus ample et on voit difficilement quoi améliorer ici.


Cypress hill : tequila sunrise

Shure SRH440:
Amateur de basses, les shure sont une petite prouesse ici. En effet elles sont très présentes mais surtout très définies et ne débordent pas sur les autres fréquences. Bien sur beaucoup vont trouver ses basses trop mises en avant ici, mais le style veut ça et son public devrait apprécier.
Shure SRH840:
Très proche du 440 ici, le 840 est un poil au dessous. En effet les basses sont moins sèches et sonnent de façon un peu empaffée sur ce style. La différence n’est pas importante mais notable.


Joe hisaishi : the legend of ashitaka theme

Shure SRH440:
Encore une fois c’est agréable, tout est bien en place et le son est aéré. Il manque un petit quelque chose, on peut remarquer ici que les mediums sont légèrement voilés, on perd en cohésion. Ça reste bon mais pas assez chaleureux.
Shure SRH840:
Encore une fois c’est une grosse claque, les différences ne sont pas énormes avec le 440 mais cela change du tout au tout, particulièrement dans les instruments à cordes.


Armin van buuren : eternity

Shure SRH440:
Peut mieux faire, on a encore une fois l’impression que cela manque de cohésion, pas désagréable car ce casque reste ici immersif mais son grand frère est bien au dessus.
Shure SRH840:
C’est une petite surprise mais ce casque est très bien adapté à ce style. Les basses sont très correctes même si certains vont les trouver envahissantes (encore une fois adapté au style je pense), l’espace sonore et le niveau de détails permettent vraiment de se retrouver dans la musique.


Blind guardian : the bard’s song (live)

Shure SRH440:
Presque uniquement vocal, ce morceau est malgré tout agréable avec le 440, mais c’est surtout la prouesse au niveau des détails que l’on admire.
Shure SRH840:
Bon exercice pour mettre en évidence les différences spatiales. Le 840 est clairement plus ample à ce jeu là, mais c’est la guitare acoustique qui frappe davantage car la différence semble bien plus prononcée là-dessus.


Biréli Lagrene : minor swing

Shure SRH440:
Pas agressant mais ça sonne trop sec, une petite baisse de volume s’impose. L’extension aigus est néanmoins très bonne, meilleure que celle à laquelle nous habituent les intras de la marque.
Shure SRH840:
Constat cruel pour le 440, mais le 840 est définitivement exceptionnel en acoustique. Excellents timbres, précis et aéré, que du bon.


Slayer : angel of death

Shure SRH440:
Ouahou. C’est tranchant, vif, aggressif ; bref adapté au style. Heureusement la batterie est en place et ne noie pas le reste, tout comme les aigus qui ne sont pas agressifs ici.
Shure SRH840:
Pas désagréable mais le 840 veut jouer dans la finesse. Résultat c’est trop mou et on se noie dans un flot de détails en oubliant l’essentiel. Bref pas le style de ce casque. Un deuxième essai pour être sûr.


Satyricon : mother north (live)

Shure SRH440:
Encore une fois c’est très bon, le 440 reproduit une énergie impressionnante sans s’emballer. C’est particulièrement impressionnant venant d’un casque fermé.
Shure SRH840:
C’est mieux que le précédant morceau, sans nul doute dû à l’espace sonore plus large. Manifestement le 840 veut toujours trop bien faire et cela ne passe pas sur les styles ultra rapides.


Arcana : invisible motion

Shure SRH440:
Bonne prestation ici, les percussions sont bien rendues mais la voix en retrait. On s’immerge pourtant très bien dans la musique mais nul doute que son grand frère fera mieux.
Shure SRH840:
Le même en mieux, particulièrement dans les détails, s’organisant nettement plus précisément. D’un point de vue immersion c’est un autre univers.


Georges delerue : the day of the dolphin

Shure SRH440:
Test critique pour les aigus, il s’en sort ici très bien. Néanmoins les aigus sont un peu trop mis en avant, cela ne donne pas un comportement aggressif mais empêche les autres instruments de s’exprimer pleinement. Attention, on est tout de même dans un très bon niveau.
Shure SRH840:
Amélioration notable dans les instruments à cordes, la légendaire chaleur des shure. On note également que le problème d’aigus est ici réglé, c’est globalement plus équilibré. Encore une fois ce style convient parfaitement au 840.

Petit plus


Bien que des casques soit à usage nomade, shure les recommande en monitoring. pas forcement une bonne idée car ils ne sont pas particulièrement neutre. Enfin, j'ai pu constater que les deux casques, surtout le srh840 se comportait encore mieux avec une source et un ampli digne de ce nom. Le rodage étant toujours sujet a controverse, je pense néanmoins que le srh840 en profite et qu'effectivement il sera meilleur après quelques dizaines d'heures d'utilisation.

Analyse du SRH440


Pas si simple l’analyse de ce casque, car il est rempli de paradoxes. Sonnant très sec et tranchant, il se marrie très bien avec les styles rapides comme hard rock et le métal. Son souci principal est qu’il laisse parfois les mediums comme légèrement voilés, il en résulte un manque de cohésion sur plusieurs morceaux, mais pas de façon systématiquement notable.
D’un point de vue technique c’est une excellente réussite, car il réussit à la fois à donner d’excellentes basses sans pour autant perturber les autres fréquences ou transformer l’ensemble en une bouillie sans nom. Directement visés ici les casques bose, qui ont du souci à se faire sur tout les plans.
Pas parfait donc, c’est un casque relativement polyvalent, jamais véritablement mauvais sur un style. Dans cette tranche de prix il y a de la concurrence c’est évident, et le shure n’est probablement pas le meilleur tous casques confondus. Mais il ne faut pas oublier que c’est un casque fermé et d’usage plutôt nomade, à ce petit jeu- là il est quasiment sans concurrent, tout dépend du style.

Analyse du SRH840


Contrairement à ce que je pensais ce casque est plus simple à analyser que son petit frère. Premièrement ce casque n’est pas un nerveux, pas particulièrement adapté aux styles énergiques. Ce comportement vient du fait qu’il aime bien faire les choses. Très chaleureux, détaillé et large, le son de ce casque n’est pas suffisamment sec pour rendre honneur au tranchant d’une guitare électrique.
De bon à très bon sur la plupart des autres styles (rock, trance, rap, pop), il excelle dans les styles accoustiques, vocaux et instrumentaux en général ( jazz, ost, classique) pour lesquels il se permet de tutoyer le haut de gamme du casque audio.
En somme il est moins polyvalent que son homologue, mais poussez le dans la bonne direction musicale et il est alors sans rival chez les casques fermés de cette gamme de prix.

4- Conclusion-----Image IPB


Le srh440 est un jeune très prometteur, qui aimerait pouvoir être le meilleur partout. L’énergie qu’il dégage est impressionnante mais il en oublie de laisser parler la douceur et s’envole parfois sans se contrôler.
Le srh840 est lui un vieux sage. N’ayant pas l’énergie de son petit frère, c’est un casque qui accepte le compromis pour donner le meilleur à quelques styles élus. Gommant la plupart des défauts techniques du srh440, il doit avant tout se concevoir comme un complément et non un concurrent, très proche de la relation grado rs1 et gs1000 en somme
Ramenez ces points à leur caractéristique fermé, et vous obtenez deux casques nomade( et de salon) qui ont tout pour trouver chacun un public, ne serait-ce câble torsadé et la taille relativement imposante du srh840.




SRH440

Image IPB



SRH840

Pour le hard rock et metalImage IPB

Pour la majorité des stylesImage IPB

Pour le jazz, classique et styles accoustiquesImage IPB


Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.
Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.


Vos commentaires sur ce test ICI
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Pub
posté
Message #












Go to the top of the page
 
Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 23/11/2017 - 00:44