IPB
X   Message
(Message automatiquement fermé dans 2 secondes)

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
[Test] Shure SRH750 DJ
le masseur aveug...
posté 22/02/2010, 18:35
Message #1


Retraité équipe GMP3
***

Groupe : Retraités équipe GMP3
Messages : 923
Inscrit : 20/04/07
Lieu : paris
Membre no 27696



Image IPB


Shure SRH750 DJ



Menu

1- Introduction
2- Packaging, ergonomie, confort, isolation
3- Le son
4- Conclusion



1- Introduction-----Image IPB


Chef de file de l'explosion du marché de l'intra ces dernières années, la marque Shure s'est récemment lancée avec succès dans l'univers du casque avec trois modèles : SRH240, 440 et 840. S’il y a relativement peu de retours (et rarement positif) sur ce premier, les modèles SRH440 et 840 sont très convaincants, même si malheureusement presque uniquement adaptés à un usage sédentaire, particulièrement le 840 (taille encore plus imposante et relativement meilleur avec ampli).
Toujours pas décidé à sortir de sa bulle semi-nomade, Shure a présenté quelques mois plus tard le SRH750 DJ, qui comme son nom l'indique est adapté aux dj et se trouve entre les modèles 440 et 840. Pour le reste, excepté son design sensiblement plus réussi que ses monolithes de grands frères, les indications étaient encore minces.
Dès lors, une question se pose avec ce modèle: Peut-il réussir l'exploit de combiner l'énergie du 440 avec la maitrise technique du 840 ? C'est pour y répondre que nous sommes là.




Caractéristiques techniques

    Réponse en fréquence Extrêmement étendue, mais pas forcement un gage de qualité
  • Réponse en fréquence: 5-30KHz
  • Impédance: 32 ohms
  • Sensibilité: 106dB/mV

2- Packaging, ergonomie, confort, isolation -----Image IPB



Packaging

Shure n'a jamais été dans la surenchère côté package, mais toujours un minimum sérieux et finalement très complet. On est immédiatement rassuré, la marque a gardé les bonnes habitudes prises avec les 440 et 840.
Au programme donc : 2 jeux de coussinets, le jack 6.35mm, le petit sac de transport et..... le très énervant câble spiralé. Non pas que ce câble soit de mauvaise facture (il est même très solide), mais Shure annihile encore une fois les dernier espoirs d'utilisateurs voulant s'en servir à l'extérieur avec un minimum d'encombrement.
Reste donc que ce packaging est simple, mais encore une fois suffisant.



Design, Ergonomie

Le design n'était manifestement pas la préoccupation première de la marque lors de la conception des casques précédents. Mais l'utilisateur de casque hifi n'est en général pas exigeant de ce côté là, grand bien lui en fasse car le son, l'ergonomie et le confort étaient largement à la hauteur. Il en est autre chose pour l'usage du 750DJ, car le design revêt ici un caractère beaucoup plus important. Attention tout de même, le dj n'a pas les oreilles d'un adepte des sports de glisse, il faut que le son suive derrière.
Pari réussi pour ce premier point, le 750DJ est plutôt design, en tout cas des années lumières des 440 et 840.
Qu’en est -il de l'ergonomie ? Encore une fois c'est une bonne réussite. Si l'impression de véritable monstre de solidité que représentait le 840 n'est pas présente ici, l'avantage se fait largement sentir sur la légèreté et la maniabilité du produit. En effet les actions simples comme le pliage du casque ou tout simplement le réglage de l'arceau deviennent plus aisés. D'autant plus que les zones de rotations sont nettement libres, pas de problème pour faire tourner une des partie à 180°. Le plastique, moins massif que les autres modèles, ne laisse pourtant pas apparaitre de faille sur la solidité, l'arceau est suffisamment flexible.
Pas vraiment de défaut donc, d'autant que le câble est le même qu'utilisé dans les précédents modèles..
Petit bémol en revanche pour les grosses têtes (au sens propre bien sur), car l'arceau est sensiblement plus petit que sur le 440 et le 840. Il en résulte que pour une tête de taille moyenne on peut facilement arriver au cran de réglage maximum (avec un très léger jeu), pas pour tout le monde donc de ce côté là.
Pas grand chose à revoir sur l'ergonomie générale donc, Shure a réussi a améliorer le design sans faire de compromis.



Confort

On aurait pu douter du confort, vu les dimensions plus réduites de ce modèle, heureusement c'est tout aussi bon. Si les coussinets sont moins doux que le modèle 840, la forme ronde permet de rester circum aural (entourant les oreilles). En outre, le gain de légèreté compense la petite perte de douceur des coussinets, d'autant que le bandeau est aussi large et rembourré sur les 2 modèles.



isolation

Globalement bon, dans la lignée des casque fermés classiques, à la hauteur du 840, mais on pourra trouver mieux c'est évident. En nomade ce point permet largement de profiter de la musique dans des endroits assez calmes. Il faudra un peu monter le volume dans les transports en communs, mais heureusement le son ne fuit pratiquement pas.



3- Le son-----Image IPB


Matériel de test

L’écoute s’est faite ici avec le touch 2g et sur un rio karma cf 32go, ainsi que sur un musiland svdac05 branché à un Millet Starving Student pour la configuration sédentaire.


Muse : bliss

Scène sonore assez large pour commencer, ce modèle sonne un peu moins étendu que le 840 mais navigue dans les mêmes eaux. Le niveau de basses est relativement équilibré, mais on sent que la batterie claque très fort. Par contre on remarque un léger retrait des voix, manifestement plus une signature en V qu'autre chose. Entre le 440 et le 840, ça sonne sec mais pas agressif. Par contre c'est très impressionnant sur le niveau de détails.


Mickael jackson : smooth criminal

Très bon de bout en bout, le niveau de basse semble s'être adapté au style et c'est une véritable démonstration. En configuration non amplifié, on peut même dire que le résultat des basses est un cran au dessus du 840, ce qui est déjà une performance. Seul bémol: les voix ne sont pas aussi chaleureuses que sur le 840.


Howard shore : evenstar( différente de celle de deezer)

Bonne performance, très aérien et posé. La voix est ici bien retranscrite, même si là encore le 840 reste un peu au dessus. On est donc entre les 440 et 840, mais plus proche de ce dernier.


Iron Maiden : fear of the dark

Pas mal du tout. Beaucoup de puissance dès l'introduction, manifestement des basses beaucoup plus incisives que sur son grand frère, la guitare sonne également plus tranchante. Il faut par contre supporter le tout, car les médiums un peu retraits donnent un son très sec, que tout le monde ne supportera pas, même si encore une fois c'est moins marqué que sur le 440. Niveau de détails très élevé.


Combichrist : i want your blood

Bluffant sur les basses. Là où le niveau reste largement contenu sur les morceaux plus classiques, il explose littéralement sur ce type de musique, c'est alors parfaitement adapté au style. Le 840 est globalement battu de ce côté. Reste que le 750 est un peu sibilant sur les voix.


Cypress hill : tequila sunrise

Très bon dans ce style, un peu plus de percussion que son grand frère avec autant de maitrise. Pas une surprise mais les voix sont toujours en retrait.


James Horner ; Zorro's theme

C'est bon. Plutôt ample et relativement bien défini, pas de défaut majeur. Reste que le 840 est clairement au dessus: plus chaleureux, plus maitrisé et plus étendu. Pas une surprise, battre le 840 sur ce terrain révèle de l'exploit.


Armin van buuren :in and out of love

Le 750 ne trahit pas ses intentions de casque de DJ, excellent en tout point. L'impact des basses est pratiquement sans rival dans cette gamme de prix, ce casque est fait pour ce genre. Meilleur que son grand frère qui reste un poil trop calme, bien que ça reste dans l'excellence.


Blind guardian : the bard’s song (live)

A l'aise dans le registre acoustique, ce modèle suit l'exemple du 840 et reste très carré dans sa présentation.


Biréli Lagrene : minor swing

Excellent sens du détail, même les infimes inflexions sont retranscrites. Le 840 est plus à l'aise car plus chaud, mais ça dépend des gouts.


Megadeth : hangar 18

Le mixage n'est pas parfait, mais le 750 s'en sort très bien. Il reste à la fois très détaillé et très bien défini dans les basses. Parfaite séparation des instruments. Supérieur au deux autres Shure sur ce morceau, là ou le 440 sonne trop agressif et le 840 en dessous de ses possibilités (pas à l'aise avec les mixages moyen).


Iron maiden : the legacy

Sans faute sur l'intro, quasiment égal au grand frère à quelques nuances près. La suite lui est en revanche à son avantage pour les mêmes raisons que d'habitude: plus tranchant et plus percutant.


Arcana : invisible motion

J'avais un peu peur sur ce style, mais force est de constater que c'est une pleine réussite. Les percussions sont un peu moins maitrisées, le 840 a placé la barre bien trop haut.


Georges delerue : the day of the dolphin

Ce n'est pas la première fois, mais les 750 et 840 se comportent quasiment en frères jumeaux. Reste que le 840 garde un soupçon de douceur et d'espace sonore en plus sous le pied.

Analyse


Finalement, le SRH750 DJ est-il un pari gagné ? En grande partie c'est une réponse positive. Car la plus grande réussite de ce modèle est d'avoir réussi à concilier beaucoup des qualités de ses prédécesseurs. Ainsi, il en résulte un casque à la fois très puissant, tranchant et pourtant maitrisé, dans lequel on pourrait effectivement voir une combinaison des deux. Le ciel n'est pourtant pas aussi bleu que l'on voudrait bien le croire, car s'il est incontestablement meilleur que le 440, le 840 garde une longueur d'avance sur un bon nombre de genres. On citera bien sûr les musiques sur lesquelles ce modèle s'illustre, à savoir le classique et l'acoustique en général.
Car oui, le 750 DJ n'a pas la noblesse des tons de son grand frère, ce quelque chose en plus sur les musiques les plus aérées. Finalement son plus grand défaut est peut-être l'existence du 840. Mais à côté de cela, sa supériorité est incontestable dans les styles très rapides et tranchants. De plus, il apparait que les mixages approximatifs semblent également moins rédhibitoires. Mais c'est incontestablement sur les musiques électroniques que ce modèle tire sa quintessence. Pour finir, les basses sont incroyablement bien dosées sur ce modèle, sachant s'effacer ou se faire tonitruantes suivant la musique.
Si l'on devait changer un des points de ce casque, ce serait probablement à chercher du côté des médiums, toujours légèrement en retrait et dont la chaleur est encore loin de son grand frère.
Pour finir, c'est un modèle qui s'exprime déjà très bien sans amplificateur, car même si la puissance demandée est quasiment la même que pour le 840, l'optimum est déjà presque atteint avec un baladeur puissant, notamment sur les basses, mieux définies que sur un 840 avant amplification. Un ampli lampes ou hybride permettra pourtant de rajouter un peu de chaleur.

4- Conclusion-----Image IPB


Jusqu'où ira Shure avec ses casques ? Si la marque ne semble plus avoir la même assise sur le marché de l'intra, ses dernières créations SRH sont des réussites totales. Car Après le SRH840 et ses exceptionnelles qualités de maitrise, voici le SRH750 DJ et son extraordinaire énergie. Pas aussi magique que son illustre prédécesseur sur ses terres, il reste pourtant un des meilleurs casques de sa catégorie et, on peut le dire, probablement le meilleur casque de cette gamme pour les musiques électroniques. Un peu plus de médium eut été parfait, car il lui arrive de sonner très sec. D'un point de vue général je garderais probablement le SRH840 en sédentaire.
Shure a heureusement su soigner l'écrin, pour donner un casque beau, confortable et solide. Malheureusement tout n'est pas parfait, et celui-ci aurait mérité d'être encore plus nomade, particulièrement avec l'horripilant et désormais habituel câble torsadé. Pratique pour la maison, il devient une plaie en utilisation nomade, qui outre ce détail est envisageable. Plus expressif et forcément moins équilibré que les ténors HD25 SP de Sennheiser et M50 d'Audio Technica, il peut largement prétendre devenir une référence.



entre Image IPB et Image IPB

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.
Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.


Vos commentaires sur ce test ICI

Ce message a été modifié par iMike - 03/03/2010, 18:08.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Pub
posté
Message #












Go to the top of the page
 
Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 22/09/2017 - 12:47